bratata
A+ A- A

logo-vide-210pxlogo-blanc

Les anges meurent de nos blessures de Yasmina Khadra

  • Imprimer
  • E-mail

lesangesmeurentdenosblessuresNotre avis:

Dans l’Algérie de l’entre-deux-guerres, l’histoire d’un petit algérien vagabond, qui va se prendre de passion pour la boxe et les femmes, de son ascension à sa chute. Les occidentaux ne verront en lui qu’un moyen de gagner de l’argent, en n’oubliant pas de lui rappeler d’où il vient.

Nous ne sommes pas en situation de guerre mais la violence et la misère sont partout du côté des colonisés comme de celui des colons.

Si l’on suit le parcours de « Turambo », ce n’est pas lui le héros de ce roman mais bien les femmes qui sont au cœur des épisodes de sa vie. Indépendantes, ce sont elles qui font la critique de cette Algérie colonial et de leur amant qui a trop vouloir s’approcher d’un soleil fictif, finira par se perdre.

 

 

Qui est Yasmina Khadra ? 

Oran, langue morte d'Assia Djebar

  • Imprimer
  • E-mail

oranvillemorteNotre avis:

Huit. Huit nouvelles, huit femmes, une ville : Oran. Huit femmes qui tentent de survivre dans une Algérie rongée par la folie meurtrière. Leur seule volonté, vivre, vivre oui, mais vivre libre.

Gagner cette liberté pour ces femmes, qui n’est pas admise dans cette Algérie.

Des nouvelles poignantes, une écriture sensible qui nous fait partager les émotions de ses femmes meurtries dans leurs chaires et leurs âmes.

 

 

Qui est Assia Djebar ? 

Fleur de Tonnerre de Jean Teulé

  • Imprimer
  • E-mail

Fleur de Tonnerre reduisNotre avis:

 

Hélène Jégado a vécu au XIXème siècle dans une Bretagne profonde où la France est un autre pays, bonne à tout faire et surtout cuisinière, elle prend plaisir à éliminer ses membres de sa famille, amants, patrons, de tous âges et horizon. Voyez-vous elle se sent investie d’une mission, ayant été bercée par les mythes et légendes celtes, elle se prend pour l’Ankou, la mort en Basse-Bretagne.  En gros, ne cherchez pas à comprendre pourquoi elle tue…

" Le bonheur est une joie secrète qui se vit comme un songe " Robert Lalonde